Budget 2016 : encore et toujours l’austérité

Le gouvernement a présenté, hier, son projet de loi de finances pour 2016, dont les députés vont débattre à partir du 7 octobre en commission, puis du 13 octobre dans l’hémicycle.

Il s’agit du dernier véritable budget de la législature avant l’année électorale de 2017 et donc de la dernière occasion d’offrir aux français le changement promis en 2012 mais jamais venu.

Hélas, ce budget est à l’image de ceux qui l’ont précédé. Il enfonce le clou de la politique dite de « l’offre » au nom de la « compétitivité » des entreprises et des « économies » budgétaires pour la financer, dans le cadre européen contraint de la « maîtrise » de la dette et des déficits publics.

L’expérience, au fil des ans, a pourtant montré que ces orientations ne fonctionnaient pas et qu’elles nourrissaient la logique récessive.

Dans le détail, le MEDEF se taille la part du lion avec un total d’allégements fiscaux et sociaux au titre du crédit d’impôt compétitivité-emploi (Cice) et des mesures comprises dans le « pacte de responsabilité » s’élevant à 33 milliards €, soit davantage que ce que rapportera en 2016 l’impôt sur les sociétés (32,9 milliards €), le tout sans contrepartie en termes d’emplois.

J’ajoute que ces cadeaux représentent aussi près de la moitié du déficit prévisionnel (72 milliards €) et les deux tiers des intérêts annuels de la dette (44,5 milliards €).

Pour financer ces mesures et réduire le déficit public à 3,3% contre 3,8% du PIB, cette année, de nouvelles économies budgétaires sont programmées à hauteur de 16 milliards € contre 14,5 milliards € en 2015, dont 3,5 milliards € seront supportés par les collectivités locales, déjà financièrement asphyxiées.

L’Etat devra, en outre, réaliser, pour son propre compte, 5,1 milliards € d’économies et la Sécurité sociale sera mise à contribution pour 7,4 milliards €, ce qui signifie moins de services publics et de protection sociale.

Et parmi les budgets grands sacrifiés : l’écologie et l’aide au développement.

A quelques semaines de l’ouverture de la COP 21 à Paris, superbe ! Tout et son contraire.

François Hollande avait annoncé que le budget 2016 serait celui de la « redistribution » couronnant les années précédentes d’efforts. Nous n’en trouvons trace qu’à travers les 2 milliards € annoncées de baisse de l’impôt sur le revenu des particuliers, une goutte d’eau dans un océan de dispositions, qui grèvent le pouvoir d’achat des français.

En réalité, ce budget poursuit dans la voie de l’austérité, dont nous savons qu’elle mène pourtant et résolument à l’impasse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s