Stopper la course à l’abîme

Les résultats du 1er tour des élections régionales, en Nord-Pas-de-Calais – Picardie comme dans la plupart des régions françaises, confirment les craintes que les sondages avaient établies : le Front national est devenu la première force politique électorale du pays (même s’il faut pondérer ce constat de la participation au scrutin d’hier de la moitié seulement de l’électorat), et est en mesure de l’emporter dans plusieurs régions, dont la nôtre.

Il est temps d’ouvrir les yeux : ce naufrage est la conséquence du désaveu de la classe politique.

Il s’est construit sur les reniements de la gauche, débutés en 1983 par le tournant de la rigueur et le renoncement aux engagements de 1981.

Il s’achève aujourd’hui avec le ralliement de François Hollande et du PS aux choix libéraux, qui tournent le dos à la promesse du « changement, c’est maintenant » que nous attendons toujours.

Et ce désaveu, c’est aussi la droite, qui sous la houlette de Nicolas Sarkozy court après le Front national, en épouse les thèses et multiplie, dans ce registre les shows ridicules et affligeants, quand les électeurs préfèrent, au final, l’original à la copie.

Nous en sommes là car la politique et ceux qui l’incarnent ne tiennent plus rien, laissent aux puissances de l’argent et de la finance le soin de diriger. Il s’agit d’une faillite de la démocratie.

Pendant ce temps-là, 8 millions de nos compatriotes vivent sous le seuil de pauvreté, 5,5 millions sont privés d’emploi, la crainte du déclassement s’accroit tandis que l’avenir des jeunes constitue une angoisse.

Là sont les ingrédients qui représentent le terreau de l’extrême droite, qui, historiquement, à toujours surfer sur les vides politiques et les peurs des populations, pour les conduire à l’abîme.

Cette situation ne saurait perdurer car une catastrophe nous guette. Je ne cesse de le clamer. Mais maintenant il y a le feu.

A la gauche de redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : une force au service de la transformation sociale.

Pour l’heure, les électeurs sont majeurs. A eux de décider.

Mais la victoire du FN dans notre région serait un séisme annonciateur d’un autre bien plus grand encore et à venir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s