Réserve parlementaire : l’exigence de la transparence

Pour la 3ème année consécutive, l’Assemblée nationale a mis en ligne sur son site la réserve parlementaire utilisée par les députés.

J’avais, pour ma part, anticipé cette publication en donnant, ici, le détail de la somme dont je disposais.

Oise Hebdo consacre deux pages, dans son édition du 2 mars, à la réserve des députés de l’Oise.

Le tout est assorti de commentaires me concernant, qui m’ont semblé nécessiter une mise au point.

A l’attention de Oise Hebdo

 Vous consacrez deux pages de votre édition du 2 mars 2016 à la réserve parlementaire des députés de l’Oise.

Vous titrez : « c’est le communiste Patrice Carvalho qui a la plus grosse réserve parlementaire ». C’est exact.

Vous expliquez cela de la manière suivante : « c’est sans doute en raison de son ancienneté, de son entregent et de sa grande gueule ». C’est faux.

Si je peux me permettre un conseil amical, quand on ne sait pas, le mieux est de demander. Cela évite les inexactitudes et les suppositions douteuses.

Au début de la législature, le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, a décidé d’introduire un peu d’éthique dans la répartition de ces financements.

Chaque député dispose de 130 000 € annuels. Chaque groupe parlementaire se voit donc attribuer cette somme multipliée par le nombre de députés qui le compose.

Au sein de mon groupe, nous avons décidé d’accorder davantage aux députés, qui comptent le plus grand nombre de communes dans leur circonscription.

Nous sommes ainsi deux, André Chassaigne et moi, à avoir plus de cent communes dans nos circonscriptions respectives. Notre dotation est donc majorée.

Enfin, les présidents de groupe disposent d’une réserve plus importante. André Chassaigne, le président de mon groupe, a considéré qu’il était équitable de répartir ce surplus entre tous les députés du groupe.

Telles sont les raisons qui expliquent que ma réserve soit plus importante que celle des autres députés de l’Oise.

Vous concluez : « mais la règle générale, c’est que la réserve, c’est pour les amis d’abord ».

Ce n’est pas mon cas. Il suffit d’examiner la liste des communes que j’ai aidées en 2015.

Aucune considération politique ne s’y mêle.

Je privilégie les communes les moins riches et une couverture de tout le territoire de ma circonscription, favorisant les projets répondant aux besoins des populations et avec la garantie de la transparence sur l’utilisation de l’argent public engagé.

Merci d’en informer vos lecteurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s