« On vaut mieux que ça ! »

La mobilisation de mercredi contre le projet de loi El Khomri a été un incontestable succès.

Comme d’habitude, nous aurons assisté à une guerre des chiffres. Combien étaient-ils donc ? 500 000 selon les organisateurs, dont 100 000 place de la République à Paris, 220 000 selon la police, ce qui, même au vu de cette estimation, est d’ores et déjà supérieur au premier rassemblement qui, en 2006, avait amorcé une irrépressible montée en puissance contre le contrat première embauche (CPE), qu’au final, le gouvernement aura été contraint de retirer après même son vote au Parlement.

Hollande et M. Valls ont d’abord adopté un profil bas. Le Premier ministre n’a pas pris la parole devant les députés, mercredi, lors des questions d’actualité au gouvernement, laissant le soin à la ministre du travail de répondre à mon interpellation. Et je fus le seul, Lors de cette séance, à évoquer les manifestations en cours. Au PS et à Droite, on préféra parler d’autre chose, ce qui donne la mesure du fossé entre le pays réel et ceux qui sont censés le représenter.

A présent, nous en sommes au stade des petites et grandes manœuvres. Le gouvernement a tout d’abord tenté de diviser les organisations syndicales, en espérant « embarquer » la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC dans des amendements à la marge sur le texte. Le « hic », c’est que ces organisations ont une base, des adhérents et qu’il est délicat de s’en couper par un ralliement à un projet de loi, dont le plus grand nombre comprend bien qu’il entame les droits fondamentaux des salariés.

Des corrections sont donc envisagées sur le temps de travail des apprentis et vers une taxation des CDD, cette dernière mesure n’étant pas nouvelle puisqu’en vigueur depuis 2013 et abondamment contournée par le patronat par le recours massif à l’intérim et aux « CDD d’usage », ces contrats courts non soumis aux règles des CDD de droit commun.

Puis Matignon s’est décidé à recevoir les syndicats étudiants et lycéens, qu’il avait ignorés jusqu’à aujourd’hui.

Bref, ces tentatives de rafistolage ne sont pas à la mesure des exigences que les manifestants de mercredi ont exprimées et que résume bien l’un des mots d’ordre dominant des jeunes : « on vaut mieux que ça ! ».

Leurs organisations appellent à une nouvelle journée d’action, jeudi prochain, avant le grand rendez-vous du 31 mars avec les syndicats de salariés.

Il semble bien que nous ne soyons qu’au début d’un mouvement, qui pourrait devenir une déferlante, tant il fédère les mécontentements, qui se sont accumulés depuis l’élection de François Hollande et le renoncement aux engagements pris par un ralliement à toutes les recettes libérales.

Bataille sur internet autour de la loi El Khomri

Source : la Voix du Nord

manif_pl République

Source : Libération

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s