Journées parlementaires de mon groupe dans le Nord

Les députés de mon groupe avec nos collègues du Sénat et du Parlement européen tenaient, cette semaine, leurs journées parlementaires.

Ces dernières sont l’occasion, chaque année,  de faire le point sur notre travail au sein des assemblées et de nous donner une feuille de route pour la session parlementaire à venir.

La situation est, toutefois, particulière en cette rentrée. Nous ne siégerons, en effet, que jusqu’à fin février, 2017 étant marqué par les élections présidentielle et législatives.

Ces élections occupent d’ores et déjà toute l’actualité et pas de la meilleure manière : nous sommes à l’heure des grandes et des petites manœuvres, de la surenchère, l’électeur n’étant plus un citoyen mais un client qu’il faut séduire au prix d’un intense marketing.

Nos journées parlementaires se sont déroulées à Wallers Arenberg dans le Nord sur l’ancien site minier où fut tourné le film de Claude Berri, « Germinal ». Il accueille aujourd’hui le siège de la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut, que préside mon collègue Alain Bocquet, député-maire de Saint Amand les Eaux, et le département audiovisuel de l’Université de Valenciennes. Mémoire de luttes, patrimoine industriel et modernité se conjuguent donc en ce lieu.

Notre plan de marche pour les mois à venir est à cette image : continuer de porter, tant à l’Assemblée qu’au Sénat, la voix des sans voix, de ceux que les politiques libérales maltraitent.

Cette semaine aura été marquée par la reprise de la mobilisation contre la loi El Khomri. Nous allons la relayer. Alstom est au premier plan de l’actualité. C’est notre politique industrielle qui est en cause, le refus d’une volonté politique de résister à la toute-puissance de multinationales et de la finance. Nous allons demander un débat sur ce sujet.

L’examen du projet de loi de finances sera l’occasion de revenir sur ces millions d’euros distribués aux grandes entreprises sans contreparties, sur la répartition des richesses, sur la fiscalité, sur la fraude fiscale des plus riches et des multinationales (60 à 80 milliards € de manque à gagner par an).

Il appartiendra ensuite, dans quelques mois, aux électeurs de dire quels députés ils veulent pour les représenter : des inconditionnels du tout libéral, qui se rangent derrière le gouvernement quoi qu’il arrive ou des élus fidèles à leurs convictions et à leurs engagements défenseurs de ceux qui vivent de leur travail.

img_0356

Site minier de Wallers-Arenberg

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s