Je découvre que j’occupe le siège de Marie-Claude Vaillant-Couturier

L’Assemblée nationale a célébré, mercredi dernier, le 71e anniversaire de l’élection des premières femmes députées. Elles étaient alors 33 à faire leur entrée au Palais Bourbon, le 21 octobre 1945. Elles sont aujourd’hui 150 sur 577, c’est dire combien nous sommes bien loin de la parité.

Pour cet anniversaire, a été installé, non loin de l’hémicycle, le buste d’Olympe de Gouges,  auteur, en 1791, du premier manifeste pour l’égalité des femmes et des hommes, la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

Puis trois plaques ont été dévoilées au dos des fauteuils où siégèrent trois de ces députées.

C’est ainsi que j’ai découvert que je siégeais à la place qui fut celle de Marie-Claude Vaillant-Couturier (n°585), résistante, déportée à Auschwitz, puis à Ravensbrück, témoin au procès à Nuremberg, députée communiste de la Seine élue en 1945, puis 1946, 1951, 1956, battue en 1958 et réélue en 1962, 1967 et 1968.

Marie-Claude Vaillant-Couturier était venu à Compiègne en 1992 pour la commémoration du 50ème anniversaire du convoi du 6 juillet 1942, qui vit partir du Camp de Royallieu, 1175 résistants, communistes pour beaucoup d’entre eux, déportés vers Auschwitz. Je l’avais rencontrée à cette occasion.

https://player.ina.fr/player/embed/CPD02000150/1/1b0bd203fbcd702f9bc9b10ac3d0fc21/460/259/1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s