Fillon : la purge libérale

fillon

F.BOUCHON/Le Figaro

Les sondeurs attendaient Juppé. C’est Fillon qui est sorti du chapeau. La mobilisation de l’électorat de droite a été forte. 4 millions d’électeurs se sont déplacés contre 2,7 lors de la primaire socialiste en 2012.

Il ne faut néanmoins pas aller trop vite en besogne.

Fillion n’est pas encore président de la République, les électeurs mobilisés, dimanche dernier, ne représentant que 7% de l’électorat total.

Ce que nous pouvons dire, c’est d’abord que l’opinion de droite ne voulait pas d’un retour de Sarkozy et l’apport de voix de gauche a également contribué à son échec. Elle ne veut pas non plus de Juppé considéré comme l’incarnation d’une droite molle, trop consensuelle.

L’électorat de droite s’est radicalisé et ne craint pas une purge libérale, l’appelle même de ses vœux, sans obligatoirement mesurer ce que sera l’ampleur des dégâts.

Il faut jeter un œil sur le programme de Fillon. Parmi les mesures phares :

  • Suppression de la durée légale du travail dans le privé et donc application de la norme européenne, soit jusqu’à 48 heures.
  • Age de la retraite porté à 65 ans.
  • Baisse de 100 milliards des dépenses publiques (agents hospitaliers, infirmières, enseignants, policiers, gendarmes…)
  • Nouvelles baisses de la fiscalité et des cotisations des entreprises.
  • Hausse de la TVA de 2% porté à 22% pour payer la facture.
  • Suppression de l’impôt sur la fortune.
  • Limitation du champ d’intervention de la Sécurité sociale aux affections de longue durée ; pour le reste, création d’une franchise médicale et ouverture aux assurances privées pour les « petites risques ».
  • Suppression du principe de précaution dans la Constitution.

Denis Kessler, un pilier du MEDEF, résumait en 2007, dans une interview à « Challenges » ce qui était l’ambition des années à venir : « le modèle social français est le pur produit du Conseil National de la Résistance… Il est grand temps de le réformer… Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945 ».

Et donc de substituer à la solidarité et à la redistribution, la concurrence, l’individualisme, la précarité et les privilèges aux plus fortunés. Fillon entend s’y employer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s