Canal Seine Nord Europe : un projet irréversible

Le Président de la République était hier à Noyon pour la mise en place de la société de projet chargée de prendre le relai de Voies navigables de France (VNF) et de réaliser le canal Seine Nord Europe.

Il s’agit – je le rappelle – de relier Compiègne au canal de Dunkerque Escaut (Cambrai) pour assurer une continuité fluviale entre le bassin de la Seine et les canaux de l’Europe du Nord.

En 2012, le dossier était dans une impasse avec un coût exorbitant estimée à 7 milliards € et sans financement assuré.

C’est un travail parlementaire qui a permis de débloquer le dossier sous la conduite de mon collègue Remi Pauvros, député du Nord et auquel j’ai participé.

Le projet a ainsi été reconfiguré pour un coût de 4,5 milliards € avec un financement européen à hauteur de 40% et un engagement maintenant connu de régions concernées.

Les premiers de travaux ont débuté à Bienville et se poursuivront jusqu’à 2025.

Les enjeux sont considérables :

  • Le rééquilibrage des modes de transport avec le fluvial comme alternative au tout routier dangereux pour la sécurité et l’environnement.
  • Le retard que la France doit combler dans le développement du fluvial et la nécessaire modernisation du réseau.
  • Les créations d’emplois attendues sur le chantier du canal, puis celles résultant de son exploitation ensuite.
  • Le développement de l’activité sur le parcours de 106 km de l’infrastructure avec la desserte des territoires traversés (plates formes multimodales, quais…)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s