Trump sort de l’accord de Paris : pour un débat à l’Assemblée nationale

La décision annoncée, hier, par Donald Trump de la sortie des Etats Unis de l’accord de Paris sur le climat signé en décembre 2015 par la quasi-totalité des pays du monde confirme, s’il en était besoin, qu’un irresponsable est à la tête de la première puissance mondiale.

Les Etats Unis sont le deuxième Etat le plus pollueur de la planète. Son engagement de réduire, d’ici 2025, de 28% ses émissions de gaz à effet de serre est donc décisif pour tenir l’objectif du seuil de 2°C, voire 1,5°C, de réchauffement climatique, d’ici la fin du siècle.

Les ambitions affichées par les Etats signataires sont d’ailleurs aujourd’hui plus près des 3°C, ce qui montre l’ampleur des efforts à réaliser.

Par conséquent, le choix de Trump, fondé sur un nouveau mode de négationnisme et d’obscurantisme, menace le processus engagé par l’accord de Paris.

Mais il y a pire encore quant aux effets qui risquent d’en résulter.

En 2015, 18,9 millions de personnes, dans le monde, ont été déplacés suite à des catastrophes climatiques (55% en raison d’inondations, 29% en raison de tempêtes).

Selon l’ONU, 250 millions de personnes seront, d’ici à 2050, forcés de s’exiler à cause des bouleversements du climat.

Ils viendront d’Afrique sub-saharienne à cause de la sécheresse et de la dégradation des sols quand 50% de la population vit de l’agriculture, de l’Asie du sud est à cause des typhons et des tempêtes, qui ruinent le rendement des cultures, des états insulaires exposés à la montée des eaux.

C’est dire l’urgence d’agir pour contenir le réchauffement climatique.

Enfin, il est à craindre que Trump désengage également son pays du fonds Verts. Ce dernier avait été créé au sommet de Copenhague en 2009 et avait pour objectif de rassembler 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour aider les pays en développement à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre et à faire face aux effets du réchauffement climatique.

Les Etats Unis s’étaient engagés, en 2014,) à hauteur de 3 milliards de dollars. 500 millions avaient été versés en 2016 et Barak Obama, quelques jours avant l’investiture de Trump, avait annoncé le versement de 500 millions supplémentaires. Tout cela risque d’être ruiné.

Membre de la commission du développement durable au palais Bourbon, j’ai activement participé à la COP21.

Si je suis réélu, je proposerai, dès l’ouverture de la session parlementaire, un débat à l’Assemblée nationale sur les suites à donner à la décision irresponsable de Donald Trump.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s